Accueil du site > Ouaga ça bouge > Qui sommes nous ? > Fête d’au revoir de Guillaume et Anita « ce n’est qu’un au revoir ce n’est pas (...)

Fête d’au revoir de Guillaume et Anita « ce n’est qu’un au revoir ce n’est pas un adieu » Fête d’au revoir de Guillaume et Anita « ce n’est qu’un au revoir ce n’est pas un adieu »

Le samedi 09 mai dans les locaux du maquis le festival a eu lieu la fête d’au revoir de Guillaume et Anita qui quittent le Burkina après de bons et loyaux services. La cérémonie d’au revoir a été voulue pour marquer de façon symbolique ce départ d’un collègue, du moins d’un frère. Tout ceux qui l’on côtoyer ont pu savoir combien Guillaume est un infatigable travailleur.

En rappel il s’est occupé de la gestion financière de votre site ouaga-ca-bouge. Il était aussi le chargé de communication de l’ambassade de la France auprès du Burkina Faso et consultant pour le programme des Nations-unies pour le Développement, il reste membre de ouaga-ca-bouge bien qu’il soit définitivement rentré en France.

Après quatre années et quatre mois passés au pays des hommes intègre guillaume dit garder de bons souvenirs de notre pays. Pour lui, il a, gravé dans sa mémoire, le dévouement l’intégrité, la gentillesse des Burkinabè. Il n’oubliera pas aussi ce soleil brillant, et les motos à deux roues. « La terre du Faso est devenue notre terre et vive le Burkina Faso » a-t-il affirmé.

Anita, la fiancée de guillaume, est psychologue de formation. Elle aimerait travailler à la réinsertion des ‘‘enfants soldats’’ ou à la prise en charge des ‘‘enfants de la rue’’. Elle trouve cependant que le Burkina est un pays d’hospitalité et relève que les Burkinabè ont le contact facile.

Selon elle, sa présence au Burkina lui a permit de découvrir beaucoup de choses « ceux qui disent que l’Afrique n’a pas d’histoire, note-t-elle, c’est de la pure ignorance ; ils ne sont pas venus en Afrique et ils n’ont pas les réalités de l’Afrique pour constater. Sinon elle a belle et bien une histoire et très riche. Moi je suis originaire de l’Italie et son artisanat est développé mais le Burkina n’a rien à envier à l’Italie. »

C’est dans une ambiance conviviale avec une troupe traditionnelle de balafon et de djembé que la soirée a prit fin autour de 4h du matin. Toute l’équipe de ouaga ça bouge vous dit merci et à bientôt pour plus d’engagement au profit de ouaga ça bouge.




écrit par Sah Daouda
Visualiser au format PDF Enregistrer au format PDF