Accueil du site > City guide > Santé > Principales maladies > Méningite

Méningite Méningite

La méningite est une infection des méninges qui sont les enveloppes du système nerveux central (le cerveau et la moelle épinière).

Il n’existe pas une mais des méningites dont l’origine peut être virale (à 80%) ou bactérienne. Les méningites d’origine virale sont généralement bénignes, alors que les méningites bactériennes sont graves et peuvent être mortelles.

En outre, la méningite à méningocoques est la seule forme de méningite bactérienne qui provoque des épidémies.

En Afrique subsaharienne, elle fait des ravages dans la région connue sous le nom de « ceinture africaine de la méningite », une zone s’étendant du Sénégal, à l’ouest, jusqu’à l’Ethiopie, à l’est, recouvrant une population d’environ 300 millions de personnes.

Est-ce que la méningite est une maladie mortelle ?

Il existe différentes formes de méningites dont l’origine peut être soit virale (à 80%) soit bactérienne.

La méningite aiguë bactérienne à méningocoque est la forme de méningite la plus fréquemment rencontrée. C’est une maladie tueuse :
- Elle se manifeste sous la forme d’une infection purulente autour du cerveau et de la moelle épinière, et représente donc d’une urgence médicale
- Elle est contagieuse d’homme à homme et peut être responsable d’épidémies sporadiques touchant plusieurs dizaines de milliers de personnes
- La mortalité (de 5 à 20%) est élevée
- Les séquelles sont lourdes car d’ordre neurologique : épilepsie, atteinte des sens, paralysie, troubles de l’apprentissage

Quelle est la région la plus touché par cette maladie ?

Parmi les différentes formes de méningite, la méningite à méningocoques est la seule forme de méningite bactérienne qui provoque des épidémies.

La méningococcie frappe le plus lourdement l’Afrique subsaharienne, que l’on nomme la « ceinture africaine de la méningite », une zone s’étendant du Sénégal à l’ouest jusqu’à l’Ethiopie à l’est et qui recouvre une population d’environ 300 millions de personnes.

Il existe plusieurs groupes (sérogroupes) de méningocoques. En Afrique ce sont le plus souvent les groupes A, C et W135 qui sont responsables des épidémies.

En cas d’épidémie, les personnes les plus sensibles sont les adolescents, les adultes et les personnes âgées.

Les traitements sont-ils efficaces ?

De nombreux traitements antibiotiques sont efficaces. En période d’épidémie, le chloramphénicol huileux en injection intramusculaire unique est le traitement de choix. La céftriaxone en dose unique peut être une alternative en respectant certaines contre-indications.

La vaccination est le complément indispensable en période épidémique pour réduire le nombre de cas et éviter des morts. Il est nécessaire de vacciner au moins 70% de la population des zones où l’épidémie est déclarée et des régions voisines pour en éviter l’extension.

Il existe différents vaccins pouvant combiner plusieurs sérotypes, malheureusement, ils sont inefficaces chez les enfants de moins de deux ans, ne confèrent qu’une immunité partielle et pour une durée de trois ans.




écrit par emmanuel
Visualiser au format PDF Enregistrer au format PDF